Un petit bilan de l’Equateur

Malheureusement pour nous, il y a énormément de travaux dans Loja en ce moment et les musées de la musique et de la culture lojana étaient fermés. Nous nous sommes donc simplement promenés pour avoir un aperçu : porte de la ville, place de l’indépendance, place Simon Bolívar, cathédrale et parc central, calle Lourdes etc. En somme c’est une ville à taille humaine avec de nombreux cafés, restaurants et boutiques diverses plutôt agréable et qui le sera encore plus une fois les travaux achevés. On vous laisse quelques photos pour vous donner une idée.

Alors que notre périple en Équateur s’achève bientôt, nous vous avons résumé ci dessous quelques notions sur le pays pour être incollable ou presque sur le sujet 😉
Géographie :
Avec une superficie plus ou moins équivalente à celle de la Nouvelle Zélande ou de l’État du Nevada, l’Equateur est le deuxième plus petit pays d’Amérique du Sud derrière l’Uruguay. C’est aussi le plus densément peuplé (environ 45 personnes par km2) pour 12 millions d’habitants au total.

Le pays peut être divisé en quatre zones: les îles Galapagos, la côte, les montagnes, et l’Oriente (l’Amazonie). La moitié de la population est concentrée sur la côte tandis que 45% vit dans les hauts plateaux. Le reste correspond aux communautés vivant dans l’Oriente. Si l’on peut  apprécier autant de paysages sauvages (il n’y a jamais grand monde sur nos photos n’est ce pas?!) c’est aussi parce que 30% de la population vit à Quito et Guayaquil et que la même quantité réside dans d’autres zones urbaines.

Population :
En termes de culture, la population est majoritairement métisse du fait de la colonisation espagnole (65%), une minorité est indigène (25%) et 3% sont noirs (principalement dans la région d’Esmeraldas, au nord). L’héritage culturel est donc impressionnant que ce soit de part le language (Espagnol,Quechua, Shuar, etc), la gastronomie, la musique, les danses, l’artisanat, les vêtements, etc. Le pays est malheureusement assez raciste envers cette minorité indigène qui a parfois honte de ses racines et n’ose pas s’exprimer pour s’exposer davantage.

Architecture :
L’héritage culturel se retrouve également dans l’architecture : coloniale à Quito ou Cuenca (toutes deux reconnues au Patrimoine de l’Unesco), ou dans l’architecture vernaculaire que l’on retrouve dans les villages de montagne comme Oña.

En se baladant on peut observer les différents styles qui se sont succédés au fil des siècles : celui de l’école Quiteña (de Quito) qui est un mélange entre les croyances indigènes et les concepts religieux espagnols, le style mudéjar du 12e siècle qui s’est aussi imposé dans le pays avec l’invasion espagnole, le style plus républicain/formaliste reprenant les héros de la révolution (l’indépendance de l’Equateur se situe sur la période 1820-1822) et enfin l’école des indigènes dénonçant l’oppression de cette classe.

Religion:
La religion est très présente comme vous avez pu le remarquer au travers de nos photos. Il y a de nombreux monuments religieux mais aussi de nombreux fervents pratiquants, pour la grande majorité catholiques même si les indigènes conservent aussi leurs propres croyances. Les églises sont plutôt simples quoique très belles. Peu de grand vitraux mais beaucoup de peintures anciennes et statues. L’arrière de l’autel est lui toujours incroyablement chargé (or, colonnes, statues).

L’éducation :
L’éducation à son importance en Equateur. L’ancien président Rafael Correa avait triplé le budget réduisant ainsi considérablement l’analphabétisme. L’actuel président, depuis mai 2017, (Lenín Moreno) à lui fait passer une loi obligeant ceux désirant passer leur permis de conduire à d’abord obtenir leur baccalauréat. De même, désormais les chauffeurs de taxi  doivent savoir parler anglais pour obtenir leur licence. À noter qu’ici, les enfants portent l’uniforme pour aller à l’école.

Sport:
En ce qui concerne le sport national on retrouve le football (mais ici l’altitude peut vite faire changer les scores !) et le volley qui est aussi bien implanté. À savoir qu’en Équateur il existe « l’ecuavolley » (ecua pour Equateur) et qui se joue à trois contre trois, et à niveau compétitif!

Les combats de coqs mettent aussi un peu d’animation dans les villes ou villages (en ce qui nous concerne, nous avons vu une « arène » à Saraguro mais il n’y avait pas de combat lors de notre passage).

Environnement :
Enfin, l’Equateur compte pas moins de neuf parcs nationaux et une biodiversité très riche. Néanmoins le pays est menacé par la déforestation. Les exportations de bananes, crevettes et pétrole menacent sévèrement l’écosystème et le gouvernement a plutôt tendance à encourager ces initiatives qui rapportent.

On espère que vous en savez maintenant plus qu’avant sur l’Equateur et que vous l’appréciez autant que nous!

Publicités

4 réflexions sur “Un petit bilan de l’Equateur

  1. Parcours très impressionnant avec des paysages superbes que vous nous faites partager. Courage à vous et à la rentrée avec les enfants on pourra travailler sur plein de choses grâce à ce très complet résumé. Bon courage pour la suite.

    Aimé par 1 personne

  2. En plus d’une bonne sportive, d’une bonne photographe…il faut dire que le paysage s’y prête bien; nous avons droit à une bonne historienne et géographe…..la totale quoi!!!!!……merci, merci

    J'aime

  3. Super !
    Déjà une frontière de franchie ! Merci pour la très bonne synthèse de l’Equateur, chaque jour on s’enrichit !
    Bon courage pour les kms à venir !
    Bien amicalement

    Liliane

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s